Pays partenaires :

accueil site > Partenariats Erasmus+ > Jardin sans frontière : une école pour développer les compétences -clés en (...) > À l’école européenne du jardin. Paroles de formateurs sur leurs formations (...) > Témoignages des formateurs sur leurs mobilités de formation de (...)

Témoignages des formateurs sur leurs mobilités de formation de Saint-Germain-en-Laye, France, du 04 au 08 juin 2018
dimanche 30 septembre 2018
Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans les jardins de Saint-Germain-en-Laye et de Versailles, les formateurs du partenariat Erasmus + Jardin sans frontière. une école pour développer les compétences clés en Europe ont pu bénéficier de mobilités de formation "entre pairs" organisées par l’association Paysage et patrimoine sans frontière, du 04 au 08 juin 2018.
10 professeurs et formateurs, qui n’ont pas encore eu l’occasion de participer à des mobilités transnationales Erasmus + dans le cadre de leurs formations, s’expriment sur leurs mobilités à Saint-Germain-en-Laye, en tant que membres de 3 partenaires du projet "Jardin sans frontière" :
- 1 Jardin botanique de l’Université de Granada, Espagne
- 2 Association Acquamarina, Trieste, Italie
- 3 Agrupamento de Escolas João de Deus, Faro, Portugal
- 4 Jardin botanique de Padova, Italie

Quelques extraits de leurs bilans personnels.

- 1 Jardin botanique de l’Université de Granada, Espagne
L’expérience a été largement positive pour le travail de formation dans l’apprentissage de nouvelles méthodes pédagogiques, en particulier dans le cas spécifique des activités d’apprentissage du jardin et du paysage.
Même en milieu universitaire, de telles méthodes qui donnent confiance peuvent être appliquées au développement de compétences clés par les étudiants universitaires, en particulier les stratégies pédagogiques liées à
-  la communication dans la langue maternelle,
-  la sensibilité et l’expression culturelle,
-  l’esprit d’initiative et d’entreprise et la communication en langue étrangère.
Silvia Susana Segarra Lagunes Coordinateur et professeur du Master "Paisajismo, jardinería y espacio público" de l’Université de Granada

- 2 Association Acquamarina, Trieste, Italie Le cours de formation s’est développé à travers une série de phases opérationnelles et transculturelles qui ont permis de diversifier les approches pédagogiques du jardin à travers le carnet pour développer les compétences clés des élèves, en particulier des publics scolaires les plus fragiles.
La formation s’est déroulée sous le signe de la transversalité du jardin, sur laquelle j’ai proposé un atelier articulant activités scientifiques, littéraires, culturelles, en lien avec la fiche pédagogique « Un jardin pour apprendre. Approche transversale du jardin ». La transversalité du jardin est également le thème des activités proposées autour du carnet de jardin entre littérature, arts visuels et histoire des arts.
- Atelier d’écriture dans le cadre d’un « Petite fabrique de littérature » qui fait l’objet d’une fiche pédagogique spécifique : écouter, lire des passages poétiques avec des contenus naturalistes et une activité ultérieure d’écriture créative, en utilisant des mots et des images suggérés par les textes, selon la technique du Centon héritée des jeux littéraires du XVIIIIe siècle, remis au goût du jour par l’OULIPO, groupe européen de poètes dont fait partie Italo Calvino. Illustration de ces textes par collage et ajouts graphiques. Confrontation de nos méthodes créatives avec celles d’enseignants de l’école primaire français, grecs , roumains et estoniens, invités par l’école française Antoine de Saint-Exupéry de Marly-le-Roi, France, partenaire de l’association Paysage et patrimoine sans frontière.
- Atelier d’Art postal qui fait lui aussi, l’objet d’une fiche pédagogique spécifique et d ‘une présentation publique. Exposition de nos carnets.
- Construction de connaissances sur le « Jardin à la française » à travers des déplacements dans les jardins créés par André Le Nôtre dans les jardins de Saint-Germain-en-Laye et Versailles, en particulier le « Parcours du Roi  » qui fait l’objet d’une fiche pédagogique spécifique, à partir d’un texte écrit par le roi Louis XIV lui-même, révélant le vision de ce jardin royal à son époque, et motivant l’approche historique, artistique et botanique que l’on peut y construire aujourd’hui.
- Inscription des jardins dans leur paysage. Aborder les jardins locaux dans leur contexte en île de France, dans un circuit fluvial ponctué de références, sur les pas des artistes qui les ont dépeints le long de la Seine.
- J’ai particulièrement apprécié l’apprentissage des compétences clés développées dans un projet de conception de jardin par des jeunes dans leur ville, un jardin vecteur d’inclusion sociale à travers la culture pour tous.
J’aurais voulu pouvoir assister à la mise en oeuvre des travaux pédagogiques dans les classes.
Mary Gino, formatrice en langue, Association Acquamarina, Trieste, Italie

En tant que personnel en formation professionnelle, nous avons conçu des travaux à différents niveaux d’expérience, en les calibrant, à la demande de l’organisation, pour les enseignants et pour des élèves en difficulté scolaire.
Lors de ma formation "entre pairs" à Saint-Germain-en-Laye, ma contribution a été de montrer comment construire un cahier afin de prendre des notes sur une feuille de papier. Comme le montre le schéma, nous avons construit notre cahier à huit faces, composé de quatre plis et d’une découpe. C’est sur ce cahier que nous avons pris des notes tout au long de la formation à Saint-Germain-en-Laye. L’activité a été très appréciée par les participants qui ont personnalisé leurs cahiers. Les formations sont très passionnantes, mais il serait intéressant de pouvoir mieux voir comment le travail pédagogique se déroule avec les élèves.
Antonio Ambrosino, professeur d’arts plastiques, Association Acquamarina, Trieste, Italie

Le programme de la réunion comprenait de nombreux moments de formation, de discussion et de partage d’expériences. Le module de formation "Le jardin, un outil pédagogique contre le décrochage scolaire" a été structuré de manière transversale en tenant compte de différents domaines didactiques-pédagogiques et thématiques (géométrie, langue maternelle et étrangère, art, botanique, etc.) et articulé autour du thème du jardin, considéré comme un vecteur pour expérimenter et développer les compétences de base.
L’activité de formation « Un jardin pour apprendre. Approche transversale du jardin » proposée par le partenaire italien Association Acquamarina s’est déroulée à la Maison des associations de Saint-Germain-en-Laye le 4 juin de 14h30 à 17h30. L’opération, l’intérêt et la collaboration ont été excellents.
J’ai trouvé intéressante l’expérience de création littéraire menée par Aline Rutily à partir de textes sur lesquels appliquer différentes méthodologies expressives, permettant une comparaison "créative" entre les participants. L’expérience de formation a également permis de développer des outils de travail et d’évaluation (notamment la structure, le contenu, etc. des fiches pédagogiques) pour pouvoir poursuivre les expériences ultérieures à mener dans les différents domaines d’application des instruments eux-mêmes.
Une question : comment pourrions-nous, lors de la prochaine mobilité, impliquer davantage les élèves ?
Les points forts de la réunion incluent à la fois l’expérience de formation en plein air ( étude de jardins et du territoire le long de la Seine) et l’événement de diffusion organisé à la fin de la réunion à laquelle a assisté un public très large et varié.
Giuliana Corbatto, Formateur en arts visuels, Association Acquamarina, Trieste, Italie

Ce fut une expérience vraiment enrichissante, tant du point de vue professionnel que personnel et humain.
Dès le début, une synergie parfaite a été créée, qui nous a guidés dans toutes les activités proposées. Bien que je n’aie pas acquis d’idées spécifiques pour enseigner ma matière, je pense que l’expérience a été très significative dans le développement de parcours didactiques multidisciplinaires. L’enseignement principal qui m’a laissé cette expérience est qu’en tant qu’enseignant, vous devez essayer de vous sortir de vos propres projets et de suivre différentes pistes et routes qui vous permettent de rassembler autant d’élèves que possible.
Pour une autre mobilité, il serait intéressant d’impliquer également le public des scolaires. Je pense que la possibilité pour les enseignants de participer à des projets tels que "Jardin sans frontière" est une grande opportunité d’enrichissement tant du point de vue culturel que humain.
Tiziana Rosa Rita Busà, Formateur Association Acquamarina, Trieste et Professeure des écoles à l’ ICS Montegrotto Terme, Padova, Italie

J’ai passé ma semaine de formation à Saint-Germain-en-Laye, où j’ai rencontré pour la première fois des collègues qui partageaient avec moi l’aventure de se mettre à la place des étudiants, d’observer, d’apprendre, d’expérimenter et de concevoir des activités éducatives destinées à développer les compétences clés européennes dans le contexte des jardins historiques, un patrimoine précieux et varié de chacune de nos réalités locales.
Nous nous sommes engagés à dessiner, à écrire, à nous exprimer dans une langue commune et non la nôtre, en observant avec curiosité les parcours pédagogiques cachés dans les jardins où nous travaillions. Nous avons également écouté les expériences des enseignants d’un projet précédent sur le point de s’achever.
Je suis certainement rentrée chez moi beaucoup plus riche, avec de bonnes idées nouvelles et le désir de créer une approche différente et plus multidisciplinaire, de mener à travers le jardin, des projets qui libèrent l’initiative et la liberté d’expression des étudiants, en particulier les publics les plus fragiles. "Jardin sans frontière" a été le stimulant et le contexte pour concevoir ce type d’enseignement, pour l’expérimenter entre pairs, puis plus tard avec mes étudiants et pour recevoir les conseils de collègues, observer leur travail et l’intégrer dans mon enseignement.
Dans le cadre du projet, je me suis fait de nouveaux amis et de nouveaux partenaires de collaboration.
Une chose importante pour moi est que la semaine de formation et le travail qui a suivi ont impliqué des enseignants de divers pays de l’Union européenne et donc de différents systèmes scolaires et de différentes cultures, pour travailler ensemble à la création d’activités éducatives à partager et à rapporter dans leurs écoles.
Je trouve extraordinaire de voir une école posant aujourd’hui pour l’avenir proche des jalons en Europe qui lui permette d’être construite par ses acteurs-mêmes, de manière coopérative, en rassemblant différentes idées et expériences, et en recherchant des objectifs et des pratiques partagés.
Je prends conscience également que la mobilité des enseignants, dans les différents pays de l’Union Européenne, nous enrichit, nous rapproche professionnellement, culturellement, humainement et nous ouvre de nouvelles possibilités de collaboration entre écoles, dont les élèves bénéficient grandement.
La prochaine mobilité du projet, prévue à Granada, ciblera des élèves et je pense que c’est une très bonne idée.
À la suite de cette formation je participerai à l’écriture des fiches pédagogiques après les avoir expérimentées dans mes classes.
Elisa Corteggiani Carpinelli, Formateur Association Acquamarina, Trieste et professeure de Sciences naturelles, Liceo Scientifico Statale E. Fermi, Padova,Italie

- 3 Agrupamento de Escolas João de Deus, Faro, Portugal
La mobilité de formation « Jardin sans frontière » était une expérience très enrichissantes à vivre, à confronter, discuter, partager avec des enseignants de différents pays, dont le même but était de collaborer dans un projet commun.
Nous avons été accueillis à Saint-Germain-en-Laye de façon extraordinaire. Je garde un très bon souvenir de ma participation dans ce projet : présenter au public saint-germanois et européen, dans l’exposition organisée à l’Espace Véra, l’installation interactive « jardin virtuel » que j’ai créée avec mes élèves, à laquelle j’ai invité tout le monde à participer. Cette installation a fait l’objet de la fiche pédagogique « Créer un jardin virtuel avec le dispositif multimedia Kinect »
J’aurais aimé pouvoir suivre une travail pédagogique dans une classe.
Rui António,Professeur d’Informatique, Agrupamento de Escolas João de Deus, Faro, Portugal

La formation "Jardins sans frontière" m’a permis d’approfondir des capacités et connaissances favorables à mon développement professionnel et personnel. J’ai été sensibilisé au paysage et au jardin, sollicitant des manières autres de les regarder, et développant des capacités d’observation et d’analyse , dont les stratégies seront retravaillées avec mes élèves.
Les travaux réalisés ont été largement commentés collectivement par les différents groupes, révélant nos différences et nos atouts. Les activités mises en œuvre étaient centrées sur le développement des compétences clés et transversales, à travers des stratégies dynamiques, attrayantes et faisant la part belle à la transversalité..
Le contact avec des collègues d’autres pays, le partage d’émotions et de dialogues dans les ateliers à travers les jardins du château de Versailles ou en bateau sur la Seine ont été l’un des moments les plus fructueux, générant des potentialités de futurs projets.
Guiomar Figueiredo, Professeur d’ Arts Visuels, Agrupamento de Escolas João de Deus, Faro, Portugal

Pour moi, la formation "Jardins sans frontière" a permis une mise à niveau des connaissances et un approfondissement des stratégies pédagogiques centrées sur le jardin comme vecteur pour le développement des compétences clés des élèves, en particulier les publics fragiles. C’est dans ce domaine que j’ai le plus appris, enrichissant mon développement professionnel et personnel.
Dans le cadre de cette formation « entre pairs » j’ai proposé le travail pédagogique Créer un jardin potager pédagogique dans l’école, comme vecteur pour développer un apprentissage actif des compétences clés et transversales de publics scolaires fragiles. Cette activité a fait l’objet d’une fiche pédagogique en ligne sur le site web du projet. J’aurais aimé pouvoir participer à une mobilité ciblant également des élèves.
Pour ces activités proposées par tous les formateurs, les jardins de Saint-Germain-en-Laye et de Versailles ont été un cadre idyllique pour échanger, partager, dialoguer avec d’autres collègues européens, posant les bases de futurs partenariats Erasmus +
Piedade Sebastião, Professeur des écoles, Agrupamento de Escolas João de Deus, Faro, Portugal

Commentaires
    Il n'y a pas de commentaires.

Modération du forum

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)