Pays partenaires :

accueil site > Partenariats Erasmus+ > Jardin sans frontière : une école pour développer les compétences -clés en (...) > Fiches pédagogiques > 30- De l’observation scientifique à l’expression artistique dans le (...)

30- De l’observation scientifique à l’expression artistique dans le jardin.
vendredi 13 juillet 2018
Version imprimable de cet article Version imprimable

JPEG - 43.4 ko

PROJET
Se servir du contexte éducatif du jardin botanique de Padova pour développer des compétences scientifiques. L’observation du jardin produit également, pour chacun, un ensemble de sensations et d’émotions qui motivent la réalisation personnelle de dessins et de peintures.

PUBLIC
Cette activité éducative a été conçue par l’enseignante après une mobilité de formation de professeurs « entre pairs », qui s’est déroulée à Saint-Germain-en-Laye, du 04 au 08 juin 2018, dans le contexte d’une approche transversale du jardin. Cette piste de travail a été ensuite été exploitée dans le Jardin Botanique de l’Université de Padova, Italie, auprès de 92 élèves du lycée Enrico Ferni de Padova -dont plusieurs éprouvent des difficultés scolaires, en collaboration avec l’association Acquamarina et le Jardin Botanique de Padova.

COMPETENCES CLES
- Communication dans la langue maternelle orale et écrite
- Compétences scientifiques
- Sensibilité et expression culturelle
- Compétences sociales et civiques

OBJECTIFS
Utiliser le jardin comme vecteur pour
- motiver des moments de communication et d’échange au sein du groupe,
- éveiller l’intérêt, la curiosité scientifique pour la biologie,
- prendre conscience de ses capacités expressives, retrouver de la confiance en soi

JARDIN EXPLORE
Le Jardin de la Biodiversité du Jardin Botanique de l’Université de Padova, Italie

MATERIEL
- Carnet,
- Matériel pour dessiner (feuilles de papier à dessin, crayons et couleurs,)
- Appareil photographique (smartphone, tablette)

DÉROULEMENT

JPEG - 246.7 ko
JPEG - 166.8 ko
JPEG - 169.7 ko

1. Dans le Jardin de la biodiversité, observation, communication orale, débat sur les caractéristiques anatomiques qui permettent aux plantes de survivre dans différents environnements.

Le milieu aquatique
Les élèves observent que les plantes qui vivent dans l’eau parviennent à échanger l’air avec l’environnement et à y puiser de l’eau sans se laisser envahir. Chacune des plantes observées a une stratégie différente :
-  augmenter le rapport surface / volume et se couvrir d’une surface cirée ;
-  emprisonner l’air dans un duvet et avoir une anatomie qui fait glisser l’eau ;
-  avoir des cavités pleines d’air pour flotter ;
-  s’immerger complètement. Le système racinaire est souvent un peu plus qu’un ancrage.

Le milieu sec
Les élèves observent que les plantes qui poussent dans les milieux secs en Amérique et en Afrique ont des traits communs et développent des stratégies différentes pour rechercher et absorber de l’eau, mais surtout pour éviter de la perdre en continuant à collecter l’énergie nécessaire à sa survie :
-  la surface les feuilles est réduite au minimum et disparaît même chez les cactus ;
-  chez les espèces américaines, on observe des épines ; toutes les structures de la plante sont vertes ;
-  beaucoup de plantes sont bien ancrées au sol, le système racinaire n’est pas visible mais on peut imaginer qu’il est très développé à la fois verticalement et horizontalement, mais nous voyons aussi que certaines de ces plantes ne l’ont pas du tout.

Des milieux dont les sols sont pauvres en azote
Les élèves observent que toutes les plantes qui poussent dans le jardin botanique sont capables de survivre dans des sols pauvres en azote. Chaque plante a des feuilles vertes pour la photosynthèse, mais développe également une ou plusieurs caractéristiques anatomiques qui leur permettent de piéger les insectes : une surface glissante où les insectes peuvent tomber ; des "griffes" qui peuvent se refermer et piéger l’insecte ; des appendices sucrés et collants.

Des milieux riches mais surpeuplés
Dans les environnements riches en humidité et en lumière, il n’existe aucun lieu qui ne soit pas déjà recouvert de végétation : il peut donc être difficile de trouver de la lumière. Les plantes aériennes poussent même là où il n’y avait plus de place, en s’appuyant sur d’autres plantes et en laissant leurs racines absorber l’eau de l’atmosphère.
Dans les environnements riches en eau, nutriments et lumière, les plantes sont nombreuses, mais de nombreux animaux s’en nourrissent. La stratégie développée par certaines plantes est d’avoir des feuilles difficiles à manger, ce qui leur permet de ne pas disparaître.

2. Les observations sont notées sous la forme de dessins scientifiques
-  Indication des détails importants qui ne sont pas toujours visibles au premier abord.
-  Communication de ce qui a été observé par le dessin et la couleur. Les élèves réalisent des dessins dans lesquels ils mettent en évidence les caractéristiques qui permettent aux plantes de vivre dans des environnements différents et qu’ils ont appris à observer, avec un choix de dessins et de couleurs. Ces dessins doivent permettre de communiquer immédiatement aux autres, non seulement pour représenter, mais également souligner et expliquer.
-  Production d’ un cahier de notes de cours avec des représentations de toutes les plantes observées, dessinées et photographiées dans le jardin. Ce cahier est partagé en ligne via un site créé en collaboration avec l’outil Google Sites

JPEG - 246.7 ko
JPEG - 332.6 ko
JPEG - 93.1 ko
JPEG - 246.5 ko
JPEG - 62.2 ko
JPEG - 225.6 ko

3. L’expérience au jardin motive l’expression des sensations par le dessin et la couleur
Les élèves prennent conscience de leurs sensations et émotions au jardin, qu’ils expriment librement à travers le dessin et la couleur. Il ne s’agit plus ici d’utiliser la couleur pour représenter et expliquer ce qui a été observé, mais pour traduire ce qui a été vécu en termes de sensations et d’émotions.
Ils partagent ensuite cette expérience vécue dans le jardin à travers une petite exposition temporaire accrochée aux murs de la classe.

EVALUATION
Elle se mesure à la capacité de l’élève à :

Communiquer dans sa langue maternelle orale et écrite :
- communiquer, reformuler oralement ce que l’on a compris, utiliser un vocabulaire approprié pour parler de biologie végétale,
- être capable de présenter son travail et de défendre ses choix, en s’appuyant sur l’écrit (cahier)
- Savoir utiliser la représentation graphique comme moyen de communiquer un contenu.

Développer des compétences scientifiques et technologiques
- Comprendre, restituer oralement et à travers des croquis scientifiques les stratégies des plantes pour pouvoir survivre dans différents milieux
- Observer très finement les caractéristiques d’un être vivant, témoigner de ces observations en inventant ses propres langages codéifiés.

Développer sa sensibilité et son expression culturelle
Prendre conscience de ses propres sensations au jardin et les traduire par le dessin et la couleur

Développer ses compétences sociales et civiques
Dialoguer avec les autres, communiquer à travers les expériences réalisées, en particulier dans le cadre d’une exposition de ses travaux.

PROLONGEMENTS
L’ensemble des productions scientifiques et artistiques fait l’objet d’une exposition temporaire
-  dans le Lycée, en direction des élèves, parents et professeurs du lycée,
-  au Jardin Botanique de l’Université de Padova, à l’occasion de la mobilité d’apprentissage et de formation des professeurs « entre pairs » du partenariat Erasmus+, qui s’est déroulée du 14 au 18 mai 2019.

AUTEUR
Elisa Corteggiani, professeur de sciences naturelles
Aquamarina Associazione Culturale, Trieste & Jardin botanique de Padova, Padova, Italie

Commentaires
    Il n'y a pas de commentaires.

Modération du forum

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)